Loos-en-Gohelle, un exemple français de la transition énergétique

capteur tubulaire
Les solutions alternatives et écologiques pour chauffer sa maison en hiver
10 janvier 2017
presidentielles environnement ecologie
Les associations environnementales et les Présidentielles 2017
11 février 2017
commune ecolo

Loos-en-Gohelle, véritable exemple de réussite dans la transition énergétique, est une petite ville de 7 000 habitants située dans le département du Pas-de-Calais. C’est aussi une ancienne grande ville minière aux sous-sols regorgeant de charbon et dont l’exploitation dès 1855 favorisera l’essor et le développement économique de la cité.

mine charbon

Source: Wikipedia

En effet, pendant plus d’un siècle, la commune connait « une croissance (économique et démographique) exponentielle (…) basée sur l’exploitation du charbon et de l’encadrement des Hommes¹ ». Avant la fermeture des mines (la dernière mine a fermé ses portes en 1986²), l’activité économique reposait donc essentiellement sur l’activité minière, source d’emplois pour de nombreuses familles.

 

On n’ose imaginer le désarrois de la population face au déclin économique de leur région lors des processus de fermeture des mines. De plus, l’activité minière durant plus d’un siècle a provoqué des conséquences environnementales importantes: émission de grande quantité de CO² (engendrée par l’extraction du charbon), abaissement du sol, pollution des nappes phréatiques, inversions et tarissement des cours d’eau, friches minières nombreuses (20% d’occupation de la commune)…

Mais là où le cas de Loos-en-Gohelle et de ses habitants est un exemple à suivre, c’est dans leur capacité à ne pas s’être laisser abattre. Ils ont su intelligemment profiter du déclin de leur industrie pour mettre en place une nouvelle façon de penser, d’agir et de vivre pour assurer l’avenir de la commune et de l’environnement.

Une transition énergétique qui a commencé il y a 30 ans

Cas d’étude exceptionnel, Loos-en-Gohelle est un formidable exemple qu’une petite ville peut consommer et produire de l’énergie en respectant l’environnement. Ville pilote du développement durable, elle vise l’autonomie énergétique. Mais tout ceci ne se fait pas d’un claquement de doigt.

blason loos en gohelle

Le Blason de Loos-en-Gohelle

 

Tel un phœnix renaissant de ses cendres, les habitants ont réalisé un travail conséquent sur la mémoire de  leur commune. L’idée étant de ne pas renier son Histoire, mais de s’affirmer à travers elle. Alors que les autorités envisageaient la démolition des installations minières, les habitants se sont battus pour conserver ce patrimoine.

 

 

À juste titre, puisque n’omettons pas de rappeler que l’industrialisation est un tournant dans l’Histoire de l’Humanité; les habitants de Loos-en-Gohelle ont donc inscrit, avec leur activité minière, leur empreinte à jamais. Et donc, depuis 2012, le bassin minier est inscrit au Patrimoine Mondial de L’Unesco.

Également, et afin de ne pas tomber dans le piège du deni de son histoire et donc de son identité, la commune a placé la culture comme pilier de sa transformation. C’est par exemple l’utilisation des sites miniers comme terrain d’expression culturelle via le festival de Gohelliades et auquel les habitants contribuent directement.

En acceptant l’Histoire de leur territoire, les habitants favorisent la création de perspectives et une ambition favorable à la construction d’un monde durable et désirable.

La mise en place d’un système de valeurs partagées

La participation directe des habitants à l’élaboration de projets culturels a donné l’impulsion pour la mise en place d’un sytème concret de démocratie participative.  Ce dispositif de participation habitante permet depuis de s’assurer de la pertinence des actions menées grâce à l’implication des habitants dans les projets.

Loos-en-Gohelle n’est plus seulement une ancienne ville minière meurtrie par des siècles d’exploitation industrielle, elle est aussi et surtout un écosystème devant répondre aux besoins des habitants. Ces besoins ne sont pas à la base environnementaux. Les préoccupations des habitants sont, comme tout un chacun, avant tout la santé, l’éducation, le travail, la qualité de vie, les économies d’énergies, etc. Ces problématiques sont ainsi intégrées de façon transversale à une politique de développement durable. Ce qui permet de rendre cohérent la conduite et l’application des projets de la ville.

Et puis également, chacun prend conscience qu’il faut du temps pour mener à bien les réalisations, et que parfois des erreurs peuvent être commises. La concertation et la transparence sont inhérentes au bon fonctionnement de la transition énergétique. C’est ainsi que, comme dans un laboratoire où l’on mène des expériences, la ville est un ensemble d’éprouvettes où des projets pour un monde durable et meilleur sont menés.

Quels sont les résultats?

Un nouvel écosystème est donc en train de prendre vie. Et bien que cela soit à une petite échelle, une échelle locale, Loos-en-Gohelle démontre qu’une nouvelle façon de décider, de construire, de vivre est possible avec la volonté et l’implication de tous avec :

  • La création d’une ceinture verte autour de la ville: un réseau de liaisons piétonnes et cyclables afin de favoriser les déplacements non motorisés et de préserver la biodiversité.
  • La mise en place d’un plan Santé-nutrition
  • Un service technique de 80 personnes dédié à la politique de développement durable
  • La réhabilitation thermique des logements anciens
  • La transformation des anciens sites miniers en lieu de développement innovant et respectueux de l’homme et de son environnement: jardinerie, bureaux d’études spécialisés dans l’éco-construction, pépinières d’éco-entreprises, centre culturel, etc.
  • L’éco-construction   

Des ministères, des organismes et des entreprises du monde entier s’intéressent de très près à ce cas d’étude pouvant être appliqué à d’autres villes. C’est déjà une étape importante du défi.

Cette transition énergétique ne serait rien sans la volonté et l’ambition des habitants de cette petite ville du Nord-Pas-Calais. Mais également la ténacité et la passion de son maire Jean-François Caron élu depuis 2001, et dont le magazine 13h15 Les Français a diffusé son portrait en février 2016.

Un reportage qui nous donne presque l’envie d’aller s’installer à Loos-en-Gohelle…et qu’on vous recommande fortement de visionner.

Pour aller plus loin :

Expérience durable, Une journée à Loos-en-Gohelle : lire l’article « Une cité qui a bonne mine »

Loos-en-Gohelle, laboratoire du développement durable, Jean-François Caron, Le Journal de L’École de Paris : lire l’article

Loos-en-Gohelle, ville pilote du développement durable: aller sur le site


Sources

¹L’écologie en action, 30 ans de développement durable appliqué à Loos-en-Gohelle, Julian Perdrigeat, disponible ici.

²Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Loos-en-Gohelle