Mégot de cigarette: l’efficacité des amendes dans le Midwest

Canopée Urbaine Algae, mobilier urbain
Top 5 des mobiliers urbains écolo innnovants
30 août 2016
recyclage des matériaux
Que permet le recyclage des déchets?
5 octobre 2016
amende record jet de mégot

mégot pour jet de mégot

Voilà bientôt un an, la ville de Paris a décidé de réprimander les personnes jetant leur mégot de cigarette par terre par une amende de 68 euros. Tout récemment, 1800 agents de ville sont par ailleurs  été déployés pour distribuer les amendes aux malvenus. D’autres villes, comme celle de Cannes, ont ainsi suivi le mouvement. Que l’on adhère ou non à la méthode, ce fut un coup de projecteur sur ce fléau et sa dangerosité pour l’environnement. Dans une société abreuvée de news et autres buzz, le citoyen de base est passé certainement déjà à autre chose et a surement oublié cette nécessite de se débarrasser des mégots dans des réceptacles appropriés.

On peut aussi se poser la question de l’efficacité d’une telle répression. C’est d’ailleurs ce dont traite l’un de nos anciens articles que vous pouvez découvrir ici. En effet, une amende somme toute assez élevée comparée au salaire moyen d’un français permet-elle de diminuer considérablement le problème de littering? Est-ce qu’il faut augmenter cette amende pour avoir un effet encore plus dissuasif ? On a un début de réponse avec le cas de l’état de l’Illinois.

L’exemple de l’État de l’Illinois aux États-Unis

L’Illinois est un État du Midwest des États-Unis. Sa plus grande ville est Chicago. C’est dans l’Illinois qu’une des lois les plus onéreuses en termes de littering a été adoptée. Depuis 2014, le jet de mégot de cigarette est passible d’une amende de 1 500 dollars dans un premier temps et jusqu’à 25 000 dollars en cas de récidive. La loi étant assez récente, il est difficile de tirer des plans sur la comète. Une légère diminution de ce type de déchet dans le lac Michigan a été observée, mais on ne peut pas corréler véritablement les deux actions. Cette diminution peut par contre s’expliquer par la recrudescence d’actions bénévoles de ramassage de mégot.

Il faut aussi préciser que la loi est rarement appliquée. Rendez-vous compte avec une amende aussi salée, un policier peut avoir des remords à facturer 1500 dollars pour un simple mégot (même si la personne fait preuve d’un manque flagrant de civisme). Sans être un échec, cette loi n’a pas encore prouvé son efficacité. Il est donc trop tôt pour tirer des conclusions.

Alors, quelle solution proposée contre les mégots au sol?

Pour réduire les mégots jetés dans la rue, l’amende est seulement une solution qui doit être associée à d’autres mesures. Pour beaucoup, le fait de toucher directement au portefeuille est une fin en soi, mais la réalité est tout autre. Le moyen le plus efficace est bien de responsabiliser le citoyen, l’éducation et la sensibilisation sont la clé.

Par exemple aux Etats-Unis, les communautés qui mettent l’accent sur le mégot et ses méfaits, en organisant l’espace urbain de façon à avoir un réceptacle aux points de transitions clés ont eu de biens meilleurs résultats. En faisant ce genre d’efforts, elles ont pu diminuer de 50% le jet de mégot.

Certaines villes aux Etats-Unis ont mis en place des box pour dénoncer les conducteurs qui jetteraient mégots et autres détritus par la fenêtre de leur voiture. Le citoyen qui souhaite dénoncer la voiture appelle depuis cette box avec le numéro de plaque du véhicule, le conducteur reçoit un avertissement puis en cas de second délit dénoncé il reçoit une amende. Cette solution à base de délation n’est surement pas la plus indiquée à notre humble avis, mais elle existe en Louisiane.

En définitive, verbaliser n’est pas la solution à nos maux. On s’aperçoit que malgré l’importance de l’amende, cela n’a pas influé autant que les pouvoirs publiques l’auraient souhaité. L’éducation, la sensibilisation et un placement intelligent de réceptacles prévus à cet effet, apportent plus de garanties et de résultats.