Les associations environnementales et les Présidentielles 2017

commune ecolo
Loos-en-Gohelle, un exemple français de la transition énergétique
16 janvier 2017
presidentielles environnement ecologie

La communication est une véritable arme pour les associations environnementales. Leurs actions pour sensibiliser le grand public, les institutions et les politiques peuvent avoir des impacts considérables dans la prise de conscience collective.

À l’approche des prochaines élections présidentielles 2017, le débat autour des questions environnementales reste (trop) peu entamé; du moins le sujet n’est pas suffisamment mis en avant dans la campagne. C’est par ailleurs ce que révèlent les résultats d’un vote organisé par le site votedujour.com en septembre 2016 et invitant les internautes à répondre à la question « L’écologie doit-elle être davantage présente dans les campagnes présidentielles?« .

présidentielles écologie

Source: votedujour.com, Septembre 2016

Bien que ce site ne soit pas un institut de sondage officiel, et qu’il faille rester prudent quant à l’interprétation de ces chiffres, ces derniers révèlent tout de même que plus de 65% des internautes considèrent que l’écologie doit davantage être présente dans la campagne.

Alors que les associations environnementales n’attendent pas des élections pour interpeller les hommes et femmes politiques sur la question, cette période électorale est plus que déterminante pour les interpeller et les impliquer sur la question. C’est ainsi qu’elles s’emparent de la démarche en pointant du doigt l’absence d’implication des politiques sur ces sujets ô combien importants.

C’est le cas de Greenpeace France, à la suite des débats de la Primaire, qui a publié sur sa page Facebook une vidéo à l’effigie des Simpsons et intitulée « Qui sera le prochain? La présidentielle vue par Greenpeace »:

Si cette vidéo, au-delà de dénoncer des vérités, nous a fait rire (car il faut savoir aussi avoir de l’humour), nous doutons de son impact auprès des politiques directement concernés. Ont-ils percuté le message envoyé par Greenpeace? (Si toutefois ils l’ont regardé). En tous les cas on l’espère bien…

Dans un autre genre, WWF lance l’opération #PandaLive afin « d’influencer les visions et programmes des candidats pour  faire exister les enjeux environnementaux ».  En direct sur Facebook Live, twitter et Periscope tous les candidats à la Présidentielle sont invités à discuter avec la communauté WWF. Pascal Canfin, Directeur Général de WWF nous explique en vidéo le dispositif:

Une première en France, et une bonne façon de connaitre la position des candidats sur la question écologique, puisque cet échange ne sera pas « parasité » par les autres sujets – tout aussi importants -plus généraux (tels que l’éducation, le chômage, la sécurité, etc.).

À l’heure où nous écrivons cet article, nous comptons 17 candidats « officiels » dans la course… Pour le moment, deux candidats ont répondu à l’invitation de WWF et sont annoncés. Lancée officiellement le 6 février 2017, patientons donc un peu avant d’établir une conclusion sur ce taux de participation…

Par ailleurs, dans une tribune de Liberation, Nicolas Hulot souligne que des évolutions ont eu lieu à Droite comme à Gauche, même si la place accordée à l’écologie dans les débats et programmes politiques n’est qu’un point parmi tant d’autres et où l’enjeu économique n’est que trop peu mis en avant. Alors que comme le souligne Nicolas Hulot, « l’écologie est le tout d’une grande vision« .

C’est par ailleurs la question que pose l’économiste Alain Grandjean dans chronique publiée sur alternatives-economiques.fr. Si il est évident que l’écologie est un enjeux pour notre planète et l’avenir de nos enfants, est-il pour autant un enjeux pour les politiques, et donc pour les présidentielles?

Les mois à venir nous donnerons sans doute quelques réponses…

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrEmail this to someonePrint this page